A propos

Ce carnet de recherche se consacre à l’étude des devants d’autel datés des années 1200, et conservés dans les Pyrénées-Orientales et en Catalogne. L’art 1200 se définit aujourd’hui par des manifestations caractéristiques de l’art byzantin dans la production artistique de l’occident chrétien à cette période.

En 1994, Xavier Barral i Altet en donnait cette définition : « Le style 1200. A la fin du XIIe siècle et au début du siècle suivant, on entrevoit en Catalogne ce que l’on définit dans l’art européen comme le style 1200 et qui, dans le Midi de la France et le Nord de l’Espagne, est surtout connu dans le domaine de la sculpture. Ce style est marqué par des rappels évocateurs des caractères byzantins ou par de lointains échos antiques ; il est représenté au Musée de Barcelone par l’abside latérale et des fragments de la nef centrale de l’église de Saint-Étienne d’Andorre-la-Vieille. On peut observer un certain rapport stylistique et thématique avec des œuvres d’Europe centrale – aussi bien des peintures que des miniatures – empruntes d’un byzantinisme atténué. Chez d’autres maîtres, comme ceux de Baltarga, d’Avià ou de Lluçà, qui prennent le nom des devants d’autel de ces églises, la filiation byzantine est encore plus évidente ; ainsi, on a attribué à celui de Lluçà les décors muraux de Saint-Paul de Casserres del Berguedà (Musée de Solsona) et de Sainte-Marie de Puig-Reig, conservés sur place ».

Barral i Altet, Xavier, « Histoire et chronologie de la peinture romane du Musée national d’Art de Catalogne », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 138, 4, 1994, p. 821-848.

http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1994_num_138_4_15411