21 avril 2018

Un web documentaire concernant les recherches au sujet de devant d’autel de Saint-Martin du Canigou

Le lien est ici !

Certaines œuvres peintes peuvent présenter des caractéristiques exceptionnelles. Celles observables sur le  devant d’autel de Saint-Martin-du-Canigou, dit « d’Oreilla », provenant de la célèbre abbaye de Saint-
Martin-du-Canigou (Pyrénées-Orientales), le sont. Cette peinture médiévale réalisée sur panneau de bois, datée des années 1200, offre des qualités matérielles singulières (incrustations et imitations de pierres
précieuses, éléments en reliefs, dorures etc.).
Cet objet, classé Monument Historique au titre Objet le 18 février 1953 faisait partie du mobilier liturgique de l’église de Saint-Martin-du-Canigou, dispersé lors de l’abandon du monastère par les moines en 1784 et hérité par l’église paroissiale de Sainte-Marie d’Oreilla, où il est toujours conservé.
Le caractère exceptionnel de cette œuvre a donné lieu à une historiographie abondante, mais c’est seulement en 2014, qu’a eu lieu une observation macroscopique approfondie du devant d’autel, (examen
visuel et sous binoculaire, radiographies). Cette étude a donné lieu à un article dans le cadre d’un ouvrage publié aux Presses Universitaires de la Méditerranée (Bosc, Marion, Leturque, Anne, « Le devant d’autel d’Oreilla, état de la question », Arts picturaux en territoires catalans (XIIe -XIVe siècles). Approches matérielles, techniques et comparatives (dir. Mallet, Leturque), Presses Universitaires de la Méditerranée, 2015, p. 101-123). Cette première étape concernant la matérialité de cet antependium, a permis de relever de nombreux éléments atypiques et de soulever de nombreuses questions auxquelles nous souhaiterions aujourd’hui apporter des réponses.
Ce panneau a subi une restauration très discutable dans les années 1950, notamment du point de vue esthétique. Il convient donc également – en vue d’une éventuelle dé-restauration/restauration du devant
d’autel –, de réaliser une documentation scientifique complémentaire grâce à des analyses techniques et physico-chimiques aussi extraordinaires et précieuses que la facture de cette œuvre.

By Anne Leturque Actualités Share: