L’exemple de Saint-Martin de Fenollar

LETURQUE, Anne, « Concevoir et réaliser un décor monumental au Moyen Âge en Catalogne : les exemples de Saint-Martin de Fenollar et de Sainte-Marie de la Cluse-Haute », La peinture murale à l’époque romane, Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 2016 (PDF).

L’intérêt pour la matérialité des peintures médiévales peut s’éprouver à travers l’étude des œuvres, l’expérimentation des techniques ou l’appui de sources écrites comme les traités de technologie artistique. Le Liber diversarum artium (Ms H277, Bibliothèque inter-universitaire de médecine de Montpellier), par exemple, permet d’éclairer tout un processus de formationdu peintre médiéval entre le XIIe et le début du XIVe siècle, tant par la connaissance des matériaux et des techniques qu’il acquiert (mise en place de la composition picturale grâce à des outils, tracés ou dessins préparatoires, préparation des pigments et des liants, application de l’or et de l’argent, choix de la technique d’exécution, etc.), que dans son habileté à les mettre en œuvre. Les modes opératoires développés couvrent un large spectre de savoirs et de savoirs-faire, démontrant que la réalisation d’un décor peint ne s’improvise pas. Les peintures murales catalanes du XII e siècle, et plus spécifiquement les décors de Saint-Martin-de-Fenollar et de Sainte-Marie de la Cluse-Haute, illustrent ce propos.

The interest of materiality in medieval paintings can be experienced through studying the works, experimenting with the techniques or by drawing on written sources such as treaties of art technology. The Liber diversarum artium (Ms H277, Montpellier Inter-University Library of Medicine ), for example, sheds light on the whole process of training the medieval painter fromthe 12th to the early 14th century, not only through knowledge of the materials and techniques acquired (laying out of the pictorial composition using tools, tracings or preparatory drawings, the preparation of pigments and binders, the application of gold or silver, the choice of technique of execution, etc.) but also the painter’s ability to implement them. The procedures developed cover a broad spectrum of knowledge and know-how, showing that the execution of a painted decoration could not simply be improvised. Catalan murals of the twelfth century, and more specifically the decorations of Saint-Martin-de-Fenollar and St. Marie de Cluse-Haute, are illustrations of this.

Auteur : Anne Leturque

Administratrice