Étude de la technique et éléments de conservation

Irène Bilbao Zubiri et Jean-Marc Vallet, « Les peintures murales romanes de Saint-Martin-de-Fenollar et des Cluses-Hautes : étude de la technique et éléments de conservation »Arts picturaux en territoires catalans (XIIe -XIVe siècle) : approches matérielles, techniques et comparatives (dir. Géraldine Mallet, Anne Leturque), Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2015, p. 87-100.

Les peintures murales de Saint-Martin-de-Fenollar et de Sainte-Marie des Cluses ont été étudiées dans des objectifs de conservation et d’étude de la technique afin, notamment, de déterminer si ces deux ensembles avaient été créés par le même artiste. L’étude s’est traduite par la constitution d’un dossier d’imagerie scientifique et des analyses des prélèvements effectués sur les deux décors. Les analyses chimiques élémentaires ont permis de déterminer la nature des pigments utilisés, tant lors de la réalisation des œuvres originales que ceux issus de restaurations anciennes. D’après les résultats obtenus, les techniques mises en œuvre ne sont pas identiques dans les deux églises. Ainsi, les couches picturales sont à Saint-Martin-de-Fenollar, pour la plupart, composées d’un pigment pur et caractérisées par des stratigraphies simples avec une seule couche.
Au contraire, les prélèvements provenant de Sainte-Marie des Cluses présentent un mélange de matières picturales ou des superpositions de couches colorées. Par ailleurs, l’évaluation de l’état de conservation, faite à partir de l’analyse du dossier d’imagerie scientifique, la réalisation de cartographies des figures d’altération et par la caractérisation des matières secondaires présentes dans ou sur ces peintures, montre que les altérations ne sont pas identiques entre les deux sites.
Le bilan de l’état de conservation montre la nécessité d’une démarche conduisant à la mise en place d’une campagne de restauration. En effet, les peintures murales de Saint-Martin-de-Fenollar sont touchées par de nombreuses formes d’altérations, omniprésentes au sein de l’abside. Il en est de même à Sainte-Marie des Cluses-Hautes, où les altérations concernent non seulement l’ensemble des peintures conservées, mais aussi les enduits de restauration.

Auteur : Anne Leturque

Administratrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *